mer. Juin 16th, 2021

Lorsqu’il s’agit de clarifier les contrevérités concernant les procédures d’augmentation mammaire, nous n’avons pas eu besoin d’insister auprès de ces chirurgiens plasticiens – comme l’a dit succinctement le chirurgien plasticien de Reno, NV, Tiffany D. McCormack, MD, “il y en a beaucoup !” – pour rétablir la vérité sur certains des mythes les plus couramment entendus.

On ne peut pas allaiter après des implants mammaires.

Il n’est sans doute pas très surprenant que ce soit l’une des principales préoccupations – si l’on considère que l’augmentation mammaire est l’intervention chirurgicale numéro un pour les femmes âgées de 13 à 35 ans, selon des statistiques récentes de The Aesthetic Society – et le chirurgien plasticien Mark Jewell, MD, d’Eugene, OR, commence la liste en dénonçant cette erreur. Le chirurgien plasticien new-yorkais Jeffrey S. Yager, M.D., classe lui aussi cette affirmation parmi les plus fausses : “L’une des plus grandes idées fausses sur les implants mammaires est que l’on ne peut pas allaiter par la suite. Bien qu’il y ait un léger risque de perdre la capacité de produire du lait, davantage avec l’approche périaréolaire qu’avec les autres techniques, l’écrasante majorité de mes patientes peuvent encore allaiter.”

Vous devez toujours faire placer vos implants sous le muscle pectoral.

Bien que cela soit un peu technique, le Dr Jewell l’énumère comme le mythe numéro deux, ce qui fait comprendre qu’il est important de consulter un chirurgien plasticien certifié exerçant dans le champ d’application pour s’assurer que toutes vos considérations personnelles entrent en ligne de compte avant toute intervention. “De multiples facteurs entrent en ligne de compte pour déterminer le meilleur emplacement des implants, notamment la quantité de tissu mammaire existant, le mode de vie de la patiente et le degré d’affaissement.”

La taille de bonnet est standard.

Cette affirmation s’applique à tout ce qui concerne les seins et n’est pas nécessairement liée à la chirurgie mammaire, mais c’est une contre-vérité que le chirurgien plasticien Lily Lee, de Pasadena, en Californie, signale comme étant fréquente dans son cabinet. Cela me rend complètement folle lorsqu’une personne se présente avec des implants mammaires et demande une révision auprès d’un autre chirurgien et que, lorsque je lui demande quelle est la taille de ses implants, elle répond “bonnet C”. Il n’y a pas de standardisation de la taille des bonnets ! C’est pourquoi si vous allez dans un grand magasin et que vous prenez trois soutiens-gorge 34C de trois marques différentes, ils seront tous différents. Il est vraiment très important que la patiente garde trace des détails de ses implants. Le revers de la médaille, c’est que je peux poser le même implant de 300 cm3 à trois personnes différentes et elles peuvent toutes se retrouver avec trois tailles de bonnet différentes.”

Plus c’est gros, mieux c’est.

Pas dans ce cas, dit le chirurgien plastique George Sanders, MD, d’Encino, CA. “Certains patients supposent que des implants plus grands soulèvent vos seins”, explique-t-il. “La compréhension correcte est que les implants plus grands donnent plus de plénitude au sommet du sein au début, mais ensuite la peau s’étire, et les seins deviennent plus bas et plus grands, mais certainement pas soulevés.”

Vous avez besoin d’une anesthésie générale pour subir une augmentation mammaire.

Comme le partage le Dr Jewell, dans la majorité des cas qu’il réalise, il préfère effectuer l’augmentation mammaire alors que la patiente est sous anesthésie locale avec sédation IV – et il utilise cette approche en toute sécurité et avec succès depuis plus de 30 ans. “En général, nos patientes trouvent cette approche plus confortable et plus pratique pour elles. Après l’opération, les patientes se sentent généralement plus rapidement elles-mêmes que si elles avaient subi une anesthésie générale.”

By Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *