mer. Juin 16th, 2021

Malgré la chute brutale de l’augmentation mammaire de la première à la cinquième place, les trois chirurgiens interrogés par Allure ont maintenu la popularité de l’intervention, et ont décrit le changement comme “pas tant une réduction des augmentations mammaires qu’une augmentation des autres procédures”, explique Matarasso, soulignant le fait que le nombre précis de chirurgies faciales effectuées était beaucoup plus élevé l’année dernière, grâce en grande partie, à notre mode de vie numérique. “Nous pouvons expliquer la vaste augmentation [des procédures faciales] par l’aspect Zoom des choses, par le fait d’être à la maison et de pouvoir récupérer sans se rendre au bureau.”

Où sont les gros en beauté ?

Kolker ajoute que le nombre spécifique d’augmentations mammaires entre 2019 et 2020 “représente un changement d’environ 10 pour cent au cours d’une année où le temps de fermeture moyen des cabinets de chirurgie esthétique était de 15 pour cent”, ce qui suggère que “les données de 2020 sont restées cohérentes ou ont augmenté”, si elles sont ajustées pour un temps de fermeture moyen des cabinets de 15 pour cent.

Les traitements mini-invasifs ont diminué pour la première fois en quatre ans

Au milieu des ordres nationaux de rester à la maison en 2020, les procédures moins invasives – telles que les produits de remplissage et les peelings chimiques – ont diminué pour la première fois en quatre ans. Et la baisse a été un peu plus importante que celle de leurs consœurs chirurgicales, 16 % contre 14 %, respectivement.

Pourtant, malgré la quarantaine prolongée de l’année, les injectables sont restés le traitement le plus populaire, les patients s’arrachant les rendez-vous manqués depuis des mois dès la réouverture des cabinets médicaux, et les nouveaux patients explorant le vaste monde des traitements du visage et franchissant le pas. Environ 13,3 millions de traitements de moindre envergure ont été enregistrés en 2020, le Botox (4,4 millions) occupant la première place, suivi de la famille des produits de comblement des tissus mous, du resurfaçage de la peau au laser, des peelings chimiques et des thérapies à la lumière pulsée intense (IPL), représentant divers intérêts pour les traitements peu invasifs.

Les chirurgies reconstructives ont été particulièrement touchées

En ce qui concerne la pandémie, les choses ont été très délicates lorsqu’il s’est agi de déterminer quelles procédures reconstructives étaient considérées comme essentielles ou non, explique Mme Matarasso, ajoutant que certaines tumeurs peuvent supporter un léger retard d’opération alors que d’autres ne le peuvent absolument pas. “Souvent, une grande partie de ce que font les chirurgiens plasticiens sont des reconstructions liées au cancer de la peau et au cancer du sein”, dit-il. Justement : Près de 7 millions de chirurgies reconstructives enregistrées en 2020, soit une augmentation de 3 % par rapport à 2019.

À l’époque pré-COVID, l’ablation de la tumeur et la reconstruction de la partie du corps affectée, qu’il s’agisse du sein, de la peau ou de la mâchoire, étaient réalisées le même jour, selon Matarasso. Après l’ablation de la tumeur par l’oncologue, un chirurgien plastique intervenait pour la reconstruction.

Mais au plus fort de la pandémie, alors que les lits d’hôpitaux étaient rares, “beaucoup de chirurgies du cancer ont été retardées et presque toutes les reconstructions n’ont pas dû être faites en même temps”, explique Matarasso. “C’était regrettable, car si vous aviez une tumeur grave qui, selon [l’oncologue], devait être traitée”, on procédait à l’ablation de la tumeur, mais pas à la reconstruction, ce qui signifie que “ces personnes pouvaient se promener pendant six mois avec [par exemple] une greffe de peau ou une lésion de la taille d’un dollar d’argent là où se trouvait le cancer de la peau”. De plus, ajoute-t-il, lorsque la reconstruction est effectuée séparément plusieurs mois après l’ablation de la tumeur, la zone entière est recouverte de tissu cicatriciel, ce qui rend beaucoup plus difficile l’obtention d’un aspect naturel.

“L’impact en aval que ce COVID a eu sur le monde est terrible”, déclare M. Matarasso.

By Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *